La nature pour vaincre le stress et l’anxiété

Vous est-il déjà arrivé d’exploser, un soir, sur vos enfants qui chahutent? Vous vous surprenez vous même de cette colère, et commencez déjà à regretter cette mauvaise gestion émotionnelle. Votre entourage est sidéré, tout le monde reste bloqué comme si il y avait eu un bug dans la matrice...

Vous est-il déjà arrivé d’exploser, un soir, sur vos enfants qui chahutent? Vous vous surprenez vous même de cette colère, et commencez déjà à regretter cette mauvaise gestion émotionnelle. Votre entourage est sidéré, tout le monde reste bloqué comme si il y avait eu un bug dans la matrice. Ce n’était pas contre vos enfants mais cette situation vous a permis d’évacuer une pression accumulée.

Les risques du stress et de l’anxieté

Vivre sous pression use l’organisme. Le problème c’est que le stress s’accumule et se diffuse dans votre système, puis dans votre environnement (en particulier vos proches). C’est comme un doux poison infiltré dans vos veines qui vous détruit à petit feu.

Selon l’OMS le stress est le fléau du XXIe siècle et, dans un avenir proche, un travailleur sur deux risque d’être arrêté pour des troubles de la santé mentale. Il existe de nombreuses manières scientifiquement prouvées pour agir sur le stress.

Cet article vous présente la manière la plus simple, la plus naturelle et la plus accessible d’évacuer votre stress pour vous offrir une meilleure gestion émotionnelle et donc améliorer votre santé.

Lorsque vous êtes soumis a une situation stressante, il s’en suit une cascade de réaction biologique résultant sur la sécrétion d’hormones telles que l’adrénaline et le cortisol.(cliquez sur ce lien pour plus de précisions.

Le cortisol en particulier a des conséquences néfastes sur votre santé. Les études montrent qu’il augmente fortement les risques:

  • Des maladies cardio-vasculaire
  • De la prise de poids et de l’obésité
  • Du diabète
  • D’infections et de cancers
  • De la maladie d’alzeihmer 
  • De l’anxieté, des dépressions


Il est difficile de se rendre compte si vous êtes sous l’emprise du stress ou non. Parfois nous vivons de manière intense, pris dans le quotidien et les jours défilent sans que l’on puisse faire un point sur soi. Nous passons d’un rendez-vous à un autre en faisant du mieux pour être à l’heure mais parfois certains facteurs nous échappent.

Et si survient un imprévu comme par exemple une file d’attente à la boulangerie, alors notre monde s’écroule. C’est comme si le temps s’éternisait, nous devenons alerte aux moindre détails, faits et gestes de la personne devant nous, et nous avons l’impression que l’univers conspire contre nous pour que nous arrivions en retard à la sortie de l’école. Peut-être avez-vous déjà ressenti le besoin de hurler mais vous ne vous êtes autorisé qu’un grand soupir?

Physiologie du stress

Votre organisme qui ressent la situation stressante est en train de vous apporter de l’énergie pour que vous puissiez y répondre. Vous devenez hyper vigilant. Votre cotre coeur et votre respiration s’accélèrent, votre peau sécrète et votre digestion s’interrompt. Cette énergie doit être dépensée.

Mais dans cette situation vous n’allez pas vous mettre à sauter et courir dans la boulangerie, alors vous la réprimez et elle s’accumule dans votre organisme. Je connais bien cette situation, nous les Français nous sommes les champion de la retenu!

Plus tard, la colère sur votre enfant qui chahute peut être une conséquence néfaste de ce surcroit d’énergie. À plus long therme cela peut entrainer de l’anxiété et mener à la dépression et au burn-out. En vivant constamment dans l’hypervigilance, nous sommes coupés de nos sensation intérieures et nous perdons le sentiment d’identité et de sens de la vie. Nous nous sentons irritables, nous fumons plus, mangeons plus de malbouffe, nous sommes souvent malades et attrapons facilement un rhume ou une grippe, nous prenons tout sur nos épaules et nous sentons constamment inquiets. Cela peut mener à l’épuisement et causer beaucoup de souffrances. Je sais que c’est douloureux de se sentir à bout de nerf, et le pire c’est que ça ne s’explique pas aux autres. On reste incompris.


Que s’est-il passé dans le corps pour que je réagisse de cette manière ? 

Lorsque vous êtes face à un imprévu vous perdez le contrôle de la situation. Votre Cortex Cingulaire qui est la partie de votre cerveau qui donne un sens aux choses et fait des prévisions en fonction, perçoit que sa grille de lecture était mauvaise. Ses anticipations tombent à l’eau et cette perte de contrôle va devoir l’amener à remettre en question son environnement. Il va entrainer une sécrétion du cortisol par certaines glande de l’organisme. Comme nous l’avons vu, cette hormone du stress chronique a beaucoup de conséquences néfastes


Gérer son stress émotionnel

Comment remédier à ce problème?

1 - Détecter le problème, prendre conscience que nous sommes sous l’emprise du stress.

Comme ce terme est utilisé à tout bout de champ, nous pensons que le stress c’est de ne pas arriver à faire une tâche en une période de temps déterminé, et qu’il n’y a rien à faire pour changer ça.

Cette définition est fausse. Le stress est un problème beaucoup plus vaste si nous attendons les premiers symptômes pour nous prendre en charge, il est souvent déjà trop tard. Une fois la dépression installée ce sont de nombreux mois, voire années, qui sont nécessaires pour une remonter la pente. Agir en amont est beaucoup plus efficace.

(voir mon second article contenant des questionnaires pour mesurer votre stress)


2 - Agir pour que ça change. Mettre en place des comportements sains. Il existe de nombreuses possibilités prouvées par les études scientifiques. Chacun est différent, il faut voir ce qui vous convient le mieux. Que faites-vous, vous lorsque vous êtes épuisé et avez le moral à plat?

Je veux vous proposer ici, une manière simple et accessible à tous d’agir pour prévenir les risques du stress.

Une étude faites en 2014 par Harting (« nature and health » anual revew of Public Health, vol.35, 2014, p207,228) plaçait des personnes dans un IRM fonctionnel pour étudier comment le cerveau réagissait aux stimulations. Puis on faisait défiler sur un écran soit des images de nature, soit des images de paysages urbains. Qu’a-t-on noté?

Que les images urbaines excitaient cette zone du cortex cingulaire ce qui entraînait la réaction de stress chronique.

Que les images de nature, elles, apaisaient ce même cortex cingulaire entrainant une sensation d’ordre, d’harmonie et de bien être. Le stress émotionnel était diminué pour laisser place à de la motivation, de la joie et de la vitalité.

D’autres études ont eu lieu, les preuves sont nombreuses, être en présence de la nature vous permet de vous libérer du stress et de votre anxiété. Vos indicateurs physiologiques reviennent à la normale, vous retrouvez le sommeil, vous retrouvez l’estime de vous et vous êtes enfin disponibles pour vos proches et vos projets.


L’immersion dans la nature

Simple à réaliser même si l’on peut sentir des résistances intérieures. Commençons simplement: il suffit d’être dans la nature, de passer du bon temps

Faire du sport en nature c’est bien mais les résultats sur l’anxiété ne sont pas les même.  

Ici, nous parlons de ressentir la nature - avec nos sens. Cela demande de prendre son temps, de marcher très lentement, de s’asseoir dans l’herbe pour regarder le paysage, les fleurs ou les feuilles d’un arbre… Prendre son temps pour écouter le bruit d’un ruisseau, le chant d’un oiseau, sentir l’odeur de la forêt, de l’humidité d’un champ après la pluie… Ce sont nos sens qui nous permettent d’accéder à cet état de paisibilité intérieure, ils sont notre lien avec l’environnement.

Comment vous y prendre:

Rendez-vous dans un endroit ou la nature est sauvage proche de chez vous. La forêt au-dessus de votre maison, la rivière du village, ou bien un grand parc facilement accessible. Plus la nature est sauvage et plus les arbres sont vieux, plus cette méthode est efficace.

Marchez jusqu’à vous éloigner de la route et des nuisances sonores. Puis, déambulez lentement sans but, à la recherche d’un coin ou d’un arbre qui vous attire. Un coin qui interpelle votre attention. Asseyez vous et observez l’environnement dans ses moindres détails. Ne pensez plus à rien, ne bougez plus, juste ressentez. Chacune de vos sensations vous rappelle que vous appartenez à l’environnement.

Si vous sentez le besoin de vous exprimer, vous pouvez écrire quelque chose de spontané sur un cahier ou faire un dessin. La créativité est un indicateur de votre bien-être psychologique. 

Le durée doit être assez importante, 20 minutes au moins, c’est le temps pour que votre environnement  (oiseaux, insectes, animaux…) s’’habitue à votre présence et se remette en mouvement comme si vous faisiez parti du décor. C’est aussi un temps nécessaire pour que votre mental s’apaise et que vos sens s’éveillent.


La nature pour se ressourcer

Ce petit temps (d’1h ou 2) va vous permettre de totalement vous régénérer. Les amérindiens appelaient ces lieux ressources les « places médecine ». Le coeur va ralentir, le souffle aussi, la tension artérielle va diminuer, et la tête se vide de ses anxiétés. C’est votre cortex cingulaire qui s’apaise, les taux de sécrétions de cortisol vont diminuer. Votre système immunitaire va être activé, votre glande pinéale va être stimulée et cela peut vous aider à retrouver le sommeil

Toute votre santé va tirer des bénéfices de cette expérience. Les études montrent qu’après 30 min de marche dans la nature, une régénération mentale s’effectue en 4 étapes:

– l’esprit s’éclaircit 

– l’attention dirigée se recharge

– la lucidité s’aiguise

– la réflexion sur soi arrive et la capacité de s’émerveiller augmente


C’est simple et accessible à tous. Au Japon, les hôpitaux sont maintenant construits dans les forêts. Je vous met au défi d’essayer. L’expérience est réussie lorsque vous perdez la notion du temps, que vous avez l’impression d’être là depuis 3h alors que cela fait à peine 30 minutes. Sans le stress, le temps reprends son cours normal. 

Bien sur, si vous souhaitez réellement améliorer votre santé sur le long terme, vous allez devoir répéter régulièrement cette expérience. Chaque jour peut-être afin que votre relation au stress puisse changer en profondeur. Cela demande un minimum d’engagement, les chercheurs appellent ça l’autorégulation: se responsabiliser et explorer ses propres critères de bien-être et de pleine santé.


Une question ?

N'hésitez pas à me contacter, je reviendrai vers vous au plus vite :)
Me contacter