Changer ses habitudes pour changer de vie

Il arrive que certains de nos comportements ne nous correspondent plus. Nous avons le sentiment de rejouer les mêmes scènes comme si le film était écrit à l’avance, de répéter souvent les mêmes phrases, de vivre les mêmes erreurs que par le passé‍...tout se passe de manière automatique. Changeons nos automatismes, transformons notre inconscient pour devenir créateurs de nos vies.

Il arrive que certains de nos comportements ne nous correspondent plus.

Nous avons le sentiment de rejouer les mêmes scènes comme si le film était écrit à l’avance, de répéter souvent les mêmes phrases, de vivre les mêmes erreurs que par le passé: 

« Au boulot, je me mets dans des situations impossibles, j'accumule les retards, ce qui finit généralement en conflit avec mes collègues et cela déborde sur mes proches. Je n’arrive pas à prendre le temps pour les vraies personnes et les vraies choses que j’aime »

Comment orienter notre vie là ou nous le souhaitons?

La technologie nous offre des possibilités apparemment infinies, il est facile de s’y perdre. 

Cette abondance fait que nous sommes chaque jour bombardés d’informations et de choix.

Pressé de toute part nous en retirons une impression constante de noyade. 

Intuitivement nous sentons qu’il faudrait faire moins, voir moins, lire moins, mais par ou commencer? 

Comment faire le tri dans tout ce que la vie nous offre?

Comment prendre les meilleures décisions possible pour ressentir la vie à un niveau extra ordinaire sans jamais avoir de regrets?

En changeant consciemment nos habitudes

L'effet boule de neige

« nous sommes ce que nous faisons de manière répétitive » disait Aristote.

Il est clair que des petites actions répétées régulièrement, peuvent fortement impacter le cours de notre vie, c’est le fameux « effet boule de neige ».

Par exemple: Je décide de changer mon petit déjeuné à base de sucre. Dorénavant ce sera avocats et huile d'olive sur du pain >> je n’ai plus l’hypoglycémie réactionnelle de 10h >> je mange moins, mon corps passe moins de temps à la digestion >> j’ai plus d’énergie disponible pour la journée, je suis plus concentré >> je réalise les tâche d’une manière plus efficace >> j’ai plus de temps pour moi >> je prends une heure pour aller marcher en nature en sortant du boulot >> je rentre et je suis disponible pour ma famille >> je me couche satisfait >> j’ai l’énergie d’engager de nouveaux projets qui me plaisent.

Voilà comment une décision, en apparence simple, peut changer mon mode de vie.

La vie est trop courte, mettons l’énergie dans ce que nous aimons. Comme le disaient les Yogis: « Choisissez ou l’univers choisira pour vous ».


Alors, pourquoi est-ce si difficile de changer nos habitudes?

Les habitudes ont leurs intérêts: elles permettent de réaliser tout un tas de situations, d’actions du quotidien en s'économisant: se brosser les dents, aller au boulot, gérer les enfants… Cela laisse la place pour des réflexions plus créatives. Nous ne pouvons pas être conscient de chaque chose que nous faisons, ça prendrait trop d’énergie. Donc lorsque nous répétons des actions, notre cerveau les automatises et nous pouvons ainsi les reproduire a plus faible coût. Avec la répétition nous pouvons automatiser ce que nous voulons.

Le problème c’est lorsque nos habitudes nous maintiennent dans un comportement autodestructeur.

habitudes destructrices

Dès l’enfance notre environnement nous force à développer des réactions émotionnelles que l’on pré enregistre pour répondre aux situations. A force de les répéter, ces actions créent des sillons neuronaux (neurotag) dans notre cerveau, c’est-à-dire un ensemble de câblage de neurones qui fonctionnent ensemble dans le même objectif. 

Par association, lorsque l’habitude est à nouveau déclenchée, les mêmes pensées, émotions, ressenti qui ont été intégrés avec cette habitude se déclenchent en priorité car ils sont devenus automatisés. 

Dans chaque situation nouvelle, si nous ne savons pas trop comment réagir le cerveau va emprunter de manière privilégiée ces schémas pré enregistrés. C’est ainsi que nous avons l’impression de répéter sans cesse les mêmes choses à différents moments, à différents endroits, et avec différentes personnes.



Plus les habitudes sont vieilles, plus elles sont ancrées et plus il est difficile de les déraciner. Comme un vieux chêne dans votre jardin, passé les 10 ans de vie vous allez avoir du mal à l’arracher.

Il en va de même pour nos habitudes, si bien qu'on ose même pas essayer. Elles sont là depuis tellement longtemps, que tout notre être s’est forgé autour de ça.

C'est ainsi que nous trouvons parfois, de grands enfants de 50 ans, qui font un caprice si ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent de leur entourage. Comme mon garçon de 3 ans lorsque je refuse de le servir ce qu’il veut, ou de lui mettre ses chaussures. Les habitudes ont traversé le temps.

Enraciné comme un vieil arbre


Et petit à petit, elles prennent le contrôle de nos vies. 

Comme ce gars que l’on voit passer sur son cheval au galop, comme s’il avait une mission ultra importante. Une personne sur le bord de la route lui demande : « Hey! vous allez où comme ça ? » 

« Je ne sais pas demandez à mon cheval. »

C’est ce qui arrive aux gens : vivre sa vie par habitude sans avoir aucune idée de là où ça nous mène.


Si vous vous reconnaissez dans cette description, ne vous en faîtes pas, vous n’êtes pas le seul. Les études en psychologie révèlent que 95% de ce que nous pensons, faisons, accomplissons est le résultat d’habitude acquise au cours de la vie. 


La question est : est-ce que nos habitudes sont bonnes ? Est-ce qu’elle servent notre vie, et les choses que nous souhaitons accomplir ? ou est-ce qu'elles. nous poussent vers l'autodestruction? Toutes les personnes qui ont réussi, ont appris à construire de bonnes habitudes. Ils en ont des mauvaises, certes, mais moins.



La discipline permet de conditionner nos habitudes inconscientes


En répétant les choses, tout peut devenir une habitude. 

Comment font les champions? 

Christiano Ronaldo passait une heures de plus que ses coéquipiers après chaque entraînement pour s’entrainer à tirer des coup franc. Cette habitude lui a permis de tirer le meilleur de ses qualités et de marquer régulièrement des buts sur coup-franc même pendant les coupes du monde.


Si l’on souhaite changer une pensée, un comportement, une relation, nous allons devoir commencer par changer une habitude. Petit à petit. L’important est la constance. Un tout petit changement maintenu sur un temps très long peu apporter beaucoup de différences.

Dans le cas d’un régime par exemple, si vous souhaitez réduire le sucre, mieux vaut ne pas commencer par tout enlever d’un coup. « c’est bon je suis prêt, je me fais un mois sans aucun sucre » - Je tiens 5 jours facilement, une semaine peut-être et le week end suivant je craque sur un gâteau pour l’anniversaire de la cousine…Aïe, ça avait pourtant bien commencé, tant pis j’y arriverais mieux la prochaine fois. Et ainsi j'enchaîne les périodes de régime sans résultats. L'intention est bonne, mais c’est l’objectif qui était trop haut.

Mieux vaut commencer doucement 

Par exemple, je peux décider de remplacer le gâteau ou le chocolat de fin de repas par une orange. Cela permet de garder la saveur sucrée en fin de repas mais remplacer le sucre addictif par un sucre sain et naturel. C’est un premier pas, en étant persévérant cela m’ouvrira des portes plus grandes, mon cerveau va se déconditionner du sucre et le mois prochain je pourrai peut-être enlever les boissons sucrées. Doucement et régulièrement.

habitudes alimentaires


Plan de changement

Donc pour réussir un changement, il nous faut un peu de discipline. Notre cerveau va naturellement se jeter sur tout ce qui apporte de la récompense rapide (comme le gâteau au chocolat). Il recherche la dopamine qui lui apporte le plaisir éphémère, peut lui importe que vous soyez mal après (« aah j’ai encore trop mangé »). Pour réussir à briser ce circuit , il nous faut un plan d’action en 3 étapes:

1- L’Intention. 

Pourquoi je le fais?

Je souhaite arrêter de passer tant de temps sur mon smartphone? Pourquoi je veux ce changement? Mon cerveau lui reçoit un max de dopamine.

Est-ce que je suis vraiment motivé? Trouver plus de calme, de sérénité, être plus disponible pour les autres, Ou est-ce seulement des grandes idées que je m’impose? Auquel cas ça ne peut marcher, un changement demande de grandes motivations.

Cherchons la raison profonde de ce désir de changement, le sens caché, l’objectif, le pour quoi? Cela doit correspondre à vos valeurs intrinsèques, à votre essence, pour ne pas abandonner trop facilement.

Rien n’est plus important que définir un objectif de manière très précise pour pouvoir y arriver. Mettre en jeu des forces OK mais dans quelle direction ? Quelle montagne voulez-vous monter ? 


2- Les besoins.

Le temps et les mesures. Quels sont mes besoins réels? Mesurables dans nos quotidiens. 

« Je fais déjà 2 séances de sports par semaines donc je me dépense assez. Par contre j’ai besoin d’un temps pour simplement profiter de la nature, me sentir en connexion, me recharger, me laisser inspirer. Où est-ce que je peux trouver ces 2h dans ma semaine? Je fais environ 2h30 d’ordinateur par jour: 30 min de mails à midi, 30 min de réseau sociaux à 18h et 1h30 de série ou film le soir. Est-ce que si j’enlève un film un soir dans la semaine, que je le remplace par mes mails et mes réseaux sociaux de la journée, j’arrive à me libérer 2h dans la journée pour aller en nature? »

Tout ça se mesure, se négocie, s’organise, se programme, se test en fonction de qui vous êtes et de la vie que vous menez. Il est possible de prendre des notes dans un carnet. Quels sont les besoins réels? Bien ajustés pour réaliser ce qui vous fait le plus envie.


3- La transformation des habitudes.

Vient ensuite l’étape de la déconstruction des mauvaises habitudes pour les remplacer par des meilleures.

« d’abord nous construisons les habitudes, puis les habitudes nous construisent »

C’est là que nous devons y aller petit à petit pour ne pas échouer. Fixez vous de petits défis: « J’essaie 30 jours sans écran après 21h, je vois si j’ai des bénéfices pour mon sommeil troublé, et on verra ensuite »

À en croire les recherches il faut changer une chose pendant 300 jours pour qu’elle soit exclue et 1000 jours pour que tout notre organisme soit définitivement transformé.

Comme nous l’avons vu, la répétition de pensée, comportement ou action crée dans le cerveau une empreinte neurologique ou sillon. Ne plus emprunter un sillon c’est lui permettre de se refermer. Comme un vieux chemin dans la forêt qui se reboise parcequ'il n'est plus emprunté.
La nature ayant horreur du vide, elle va chercher à remplir le nouvel espace que nous sommes en train de libérer.

À ce moment nous pouvons choisir consciemment par quoi nous souhaitons remplacer. Quelque chose que l’on souhaite et qui nous fait du bien.

C’est l’exemple de l’orange qui remplace le gâteau au chocolat à la fin du repas, ou de 2h d’immersion en nature pour remplacer le film du mercredi soir. Enfin, il ne nous reste plus qu’à tenir le temps défini afin de permettre à notre corps de vivre cette nouvelle expérience. Répéter et répéter encore pour créer un sillon neurologique profondément ancré.

l'emprunte neurologique

C’est ainsi que petit à petit, l’être humain a la capacité de réaliser ce qu’il veut. Que ce soit dans le domaine du professionnel, des relations, de la santé; appliquée avec discipline cette méthode fonctionne partout. Les plus grands succès de ce monde sont passés par l’instauration de nouvelles habitudes.

« Vous ne pourrez jamais changer votre vie si vous n’êtes pas capable de changer une seule chose de votre quotidien »


Si vous souhaitez aller plus loin je vous recommande le livre de Darren Hardy « l’effet cumulé ». 

Prendre l'habitude d'aller se ressourcer en nature chaque semaine, chaque jour, parce que cela est simple et que notre équilibre psychologique en dépend.

Prendre l'habitude de se réserver du temps pour réaliser ce qui est essentiel pour nous.

Prendre l'habitude de développer des bonnes relations avec nos proches, peser l'engagement que cela nous coute.

Prendre l'habitude de s'accorder un temps au réveil, pour entrer en relation avec notre corps et notre esprit...

Toutes sortes d'habitudes qui sont chacune un pas de plus sur le chemin de la sérénité. Dans nos séjours d'immersion et de connexion à la nature nous expérimentons ce mode de vie, cela ouvre une porte de conscience en nous, quelles sont les bonnes habitudes qui peuvent servir ma vie? et cela nous donne la force et l'envie de commencer la mise en place, chez nous, de ces nouvelles habitudes.

Si cet article vous a plus, n’hésitez pas à partager cette page sur les réseaux sociaux. Cela m’a pris plusieurs heures pour faire les recherches et le rédiger. Un coup de pouce de votre part serai le bienvenu pour m’encourager à continuer. Vous pouvez aussi vous abonnez à ma Newsletter pour recevoir chaque mois les nouveaux articles.

Merci d'avance, 

Alexis

Une question ?

N'hésitez pas à me contacter, je reviendrai vers vous au plus vite :)
Me contacter