Santé et numérique, quels dangers pour la médecine du futur?

Les investissements dans la santé ne cessent d'augmenter chaque années. Vers quoi se dirige la médecine du futur? L'emprise des Gafa sur l'économie mondiale impacte directement le système de santé français, qu'est-ce que cela change pour votre prise en charge en tant que patient? Quelques réflexions d'un point de vue de l'intérieur de la machine.

Saviez-vous que votre santé était un joyau très convoité ? Une sorte de poule aux œufs d’or que les plus grands s’arrachent ?

Ces dernières années, Google, Amazon, Apple… Les groupes les plus puissants investissent énormément dans des programmes de santé. Ils disent inventer la santé de demain. À quoi ressemble la santé de demain selon eux?


Les GAFA et la santé connectée


Bien qu’il y ait peu de communication quant aux objectifs de ces activités, leurs stratégies se dessinent peu à peu: c’est l’intelligence artificielle et la transformation numérique des systèmes de santé qui sont au développement.


Pour exemple, Google a développé depuis 15 ans 3 axes principaux:

  • Calico travaille sur les processus du vieillissement et de la longévité
  • Verily Life Science est spécialisée dans le Big data et l’exploitation de données de santé
  • Google health sur les objets connectés et le « quantified self » (la mesure des données personnelles).


Depuis 15 ans, ce sont des milliards investis chaque année, et cela a été amplifié depuis l’épidémie du Covid 19. En 2022, l’industrie de la santé devrait atteindre 10 trilliards de $ selon un rapport de Deloitte (1). Des consultations numériques, des achats de médicaments en ligne, des objets connectés et des algorithmes pour vous dire comment vous soigner…Bientôt google remplacera nos médecins de village.

Alors quelles sont les motivations pour dépenser autant d’argent dans le secteur de la santé? Certainement un peu du fameux syndrome du sauveur: la glorification de se sentir utile et bienfaisant pour le monde, tel Superman qui vole à la rescousse de l’humanité. 

Mais encore?

Voyons la réalité des choses: la santé est un commerce rentable ! 


Pour quoi seriez-vous capable de liquider toutes vos économies ? 

Que feriez vous face à une maladie grave qui risque d’écourter vos jours ? 

Lorsque votre santé est en jeu, vous ne regardez plus votre porte monnaie parce que c’est une priorité, ça passe avant tous vos plaisirs personnels.

Profiter de la vie implique d’être en bonne santé. Alors chacun de nous est prêt à dépenser beaucoup pour rester en bonne santé. 

Aux états-unis, les dépenses en santé représentent 18% du PIB national ! (2)


Les Gafa l’ont bien compris, la santé est le meilleur moyen pour maintenir leurs énormes profits annuels tout en se donnant bonne conscience. Ce qui est effrayant c’est qu’avec le pouvoir qu’ils ont, leur puissance financière et leurs savoirs faire, ils ont réellement la capacité d’imposer au monde leur vision de la santé de demain.


La médecine du futur, un film de science fiction?

médecin du futur ?


« L’erreur est humaine » disait-on. Oui, mais dans la santé, une erreur peut coûter très cher au patient. Alors pourquoi ne pas remplacer l’humain par la machine? Les algorithmes, eux, ne font pas d’erreurs.


Recueillir toutes les données biologiques et médicales d’un très grand nombre de personnes, puis les analyser par les statistiques. Cela donne des normes, des moyennes dans lesquelles la plupart des gens vont se trouver. L’accent est mis sur l’autonomie du patient et la prévention: les objets connectés seront capables de vous prévenir que ce qui ne va pas dans votre alimentation, dans votre mode de vie, que votre tension artérielle est en hausse et que vous devriez prendre tel médicament.


Exemple plus général: vous portez une montre connectée qui vous donne votre fréquence cardiaque et votre saturation en oxygène lorsque vous faites votre sport. L’application de sport mesure vos activités. Avec le GPS elle sait quel tour vous faites pour votre footing: elle sait où, combien de temps, quelle distance (nombre de pas), et à quelle vitesse.

Ces données sont récupérées par google.

Le jour où vous tombez malade, vous prenez un rendez-vous en ligne avec un médecin qui va laisser un mot de votre entretien dans son logiciel: Mr untel a déclaré une grippe le 12/11/22, il prendra des Doliprane 1000 deux fois par jour pendant 7 jours. 

Si google arrive à avoir cette information, il peut ensuite faire le lien avec vos données biologiques de la montre: votre tension et votre saturation étaient modifiées de tant de pour-cent pendant cette période:

Mr untel a une augmentation de tension de 8% lorsqu’il a une grippe, il lui faut 3 jours pour retrouver son état normal en prenant 2 Doliprane par jours.


Et ces mesures sont faites sur les milliards de personnes dans le monde qui possèdent des smartphones et des montres connectées. Ainsi, google est capable d’avoir des moyennes sur des échantillons très grand (ce qui est souvent la difficulté première des études scientifiques), et sera certainement bientôt capable de vous dire avant même que vous ayez des symptômes:

« Attention vous avez une augmentation de tension de 8% sur votre dernière course à pied, ce qui correspond aux signes de la grippe, veuillez commander immédiatement des Dolipranes 1000 pour retrouver rapidement votre état de santé » et bien sûr il vous propose le lien pour l’achat et la livraison chez vous en 12h.


Google pourrait devenir votre médecin. 

Il pourrait vous dire « Attention Alexis, tu as pris 3,28kg ces 8 derniers jours en mangeant 6 fois des pizzas (oui, car il sait ce que j’achète), tu te rapproches de 68,3% des risques de déclarer une maladie cardio-vasculaire. Il faudrait que tu fasses 23 543 pas à 6,2 km/h cette semaine, plus prendre 6 pilules contre l’hyper tension. »


Efficace non?

Maintenant vous comprenez pourquoi le recueil des données médicales vaut de l’or. Dans le documentaire d’Arte « Votre santé, un trésor très convoité » (3), il est montré la guerre économique pour les achats des données médicales.

Santé connectée



Les soignants malmenés


L’économie mondiale actuelle étant dirigée par la Silicon Valley, nous voici nous aussi, Français, pris dans la course à la technologisation de la santé.


Dans son plan « innovation santé 2030 » Macron annonce 650 M€ pour passer à la médecine 5P (préventive, personnalisée, prédictive, participative et basée sur les preuves) grâce au numérique.

Il est question de soutien aux infrastructures, de santé digitale, de croissance et d’industrialisation de start up. 

Mais à aucun moment on ne parle de professionnel de santé.

Leurs salaires? Leurs conditions de travail? Leurs formations? L’augmentation du nombre de postes? 


Comme si on n’avait pas réellement besoin d’eux, et qu’en adoptant le point de vue économique de la santé, investir sur les soignants ne rapporte pas, il n’y a pas de potentiel de croissance. Mieux vaut investir sur de la technologie car on peut ensuite automatiser la production et ainsi vendre en quantité dans le monde entier, c’est beaucoup plus intéressant financièrement.


Et dans tout ça, à quel moment pense-t-on au patient?


Est-ce que l’on s’est posé la question de savoir si vous, qui allez vous faire soigner, vous préférez avoir accès à la dernière machine hi-tech qui peut remplacer vos organes défaillants en analysant vos données informatiques; ou si vous préférez être bien accompagné, par des humains, qui sont capables de vous écouter et de ressentir de l’empathie pour vos souffrances?

Car aujourd’hui les soignants sont en difficultés. Des arrêts de travails à la pelle, des dépressions, des burn out… Ils sont à bout de souffle! Dans une étude de 2021 faites sur des appels téléphoniques, 7 soignants sur 10 déclarent ressentir les symptômes de l’épuisement professionnel (4).

Médecins et infirmiers des hôpitaux, entre autres, croulent sous l’ampleur de la charge de travail. Ils décrivent une pression constante face aux exigences croissantes des patients, la lourdeur des documents administratifs à remplir, et un manque généralisé d’humanité ou d’émotion au profit de protocoles uniformisés.


Témoignage d’un médecin:

« Les risques que cela implique sont considérables, et pas uniquement pour la santé des soignants : des erreurs de diagnostic ou d’actes médicaux peuvent surgir, un détachement émotionnel et psychologique des praticiens envers les patients est susceptible de dégrader la qualité des soins et l’expérience des patients, des arrêts maladie en grand nombre affaiblissent les équipes présentes, favorisant une nouvelle salve de burn-out et d’arrêts… C’est l’ensemble de la qualité et de la performance de notre système de soins qui est menacé actuellement. » (4)


C’est aussi l’expérience que j’ai eu au cabinet. Cette année j’ai intégré une Maison de Santé Pluriprofessionnelle (MSP), c’est à dire un regroupement de professionnels de santé (libéraux) créé pour collaborer. 


Sur le papier l’idée est belle: un échange de compétences pour une prise en charge plus globale du patient. Mais dans la pratique, mon ressenti a été différent: des protocoles à appliquer, des données à renseigner sur logiciel, des aides financières délivrées pour du matériel ou des logiciels informatiques, mais jamais pour vos propres actes… Résultat des courses: pour le même salaire je fais 2 fois plus de papiers, 2 fois plus de réunions, et je suis deux fois moins disponible humainement pour le patient. 

Les médecins m’annoncent que ces aides financières leur sont délivrées pour leur permettre de diminuer leur temps de consultation à 7 minutes par patient. Faire des chiffres et du volume, c’est là que l’accent est mis.


Cela me révolte! 


C’est juste mon expérience que je vous partage et je ne peux pas prétendre que la situation est la même dans toutes les MSP. 

Mais quand même cela soulève quelques questions:


Est-ce ainsi que l’on souhaite traiter les patients dans la médecine du futur? 

Du temps à rentrer des données informatiques plutôt qu’à écouter le vrai problème du patient. 

Une rapidité de traitement basée sur une puissance statistique indéniable.

Vous devenez un chiffre qui rentre dans le rang des autres chiffres. Comment fait-on lorsque votre cas sort des normes statistiques? Les chiffres sont importants pour les études, l'écoute est importante pour les émotions.


J’ai eu un témoignage un jour d’un patient qui avait été opéré à l’hôpital public et qui avait eu une super expérience. Il avait passé 3 ou 4 jours post-opératoires pour se rétablir avant de rentrer chez lui. Il était enchanté! « une super prise en charge ». Naturellement, je lui demande ce qu’il a apprécié. « Une super équipe » me répond-il. « On sentait la bonne entente entre les soignants, ils étaient souriants, serviables et à l’écoute, prêts à répondre à vos questions, à vous rassurer. »

Le chirurgien lui avait bien expliqué l’opération qu’il avait réalisé. 


N’est-ce pas là une composante indispensable à la réussite d’une prise en charge? 

Vous pouvez bien être traité avec les techniques les plus performantes, si vous êtes traité comme un numéro à la chaine ce n’est pas sûr que vous vous rétablissiez aussi bien. En tout cas, votre expérience risque d’être mauvaise.


Donc l’état des soignants est important pour tous les patients.

Il faut qu’ils soient en bon état de santé. Peut-on être disponible pour les autres si nous sommes à bout de souffle? 

Leurs conditions et leurs salaires doivent être revus. 

Ils doivent également être formés à l’écoute et la compassion car ce n’est jamais facile de travailler dans la souffrance humaine, et ce n’est pas inné de savoir gérer ces émotions fortes.



soignant empathique


L'accompagnement vers l’autonomie en santé

Je n’ai rien contre l’évolution, et je suis persuadé que la science et technologie vont continuer leurs progrès pour nous donner accès à de nouvelles possibilités médicales.

Je suis simplement en alerte sur les grandes idées qui dirigent les recherches actuelles.

Faire du profit en repoussant les limites de la vie humaine. Le transhumanisme n’est pas la philosophie de l’égalité.

Que l’on ne s’y trompe pas, seuls ceux qui auront les moyens pourront accéder aux technologies les plus avancées. 

Le projet Calico a pour objectif de « tuer la mort » (source Wikipédia), mais selon les ambitions de Google, seuls les riches pourront en bénéficier. Et alors nous deviendront inégaux même devant la grande faucheuse qui est actuellement l’inconnu pouvant prendre n’importe qui au hasard, sans question de classes sociales. 


Pour ma part, je préfère vivre moins longtemps mais en incluant au maximum la composante bonheur et la satisfaction d’avoir vécu ce que j’avais à vivre. 

Je n’ai aucune envie de porter mes problèmes et mes complexes sur les 200 prochaines années. Qui peut certifier que si la vie est plus longue elle sera forcément meilleure? Comme toujours, la qualité m’importe plus que la quantité. Sachons nous contenter de ce que l’on a déjà et faisons le nécessaire pour apprécier chaque instant qui nous est donné.


« La vie est comme une bulle de savon, elle est belle parce qu’elle est fragile. Si nous perdons cette fragilité nous perdons la grâce de la beauté »

Sylvain Tesson


beauté fragile

Comme les GAFA, je prône l’autonomie de tous dans sa propre santé. 

Mais non pas par l’Intelligence Artificielle qui nous rend en fait dépendant à la technologie. 

Je prône l’autonomie par l’accompagnement humain. Une écoute attentive pour partager sincèrement la souffrance et ajuster les traitements les plus adaptés à chacun.

Une meilleure connaissance de soi pour une maîtrise de son corps et de ses énergies. Une réalisation de nos pleins potentiels. 

C’est ce que je cherche à transmettre dans mes stages. Une santé au contact de la nature facile à mettre en place et accessible au plus grand nombre. L’authenticité des relations humaines avant les outils et la technologie. Que la technologie nous serve mais que nous ne soyons pas au service de la technologie.

La rédaction de ces article me prennent beaucoup de temps. Si cet article vous a intéressé, partagez le sans comptez, vous pouvez également laisser un commentaire ou un émoticone juste en dessous. Cela me permet de mieux connaître vos ressentis et d'adapter mes prochains articles. Je compte sur vous!


Alexis.




(1) https://www2.deloitte.com/global/en/pages/life-sciences-and-healthcare/articles/global-health-care-sector-outlook.html

(2) https://www.oecd.org/fr/sante/les-depenses-de-sante-devraient-depasser-la-croissance-du-pib-a-l-horizon-2030.htm

(3) https://www.arte.tv/fr/videos/092188-000-A/votre-sante-un-tresor-tres-convoite/

(4) https://www.caducee.net/actualite-medicale/15406/burn-out-dans-la-sante-98-des-soignants-reconnaissent-avoir-deja-ressenti-les-symptomes-de-l-epuisement-professionnel.html

Une question ?

N'hésitez pas à me contacter, je reviendrai vers vous au plus vite :)
Me contacter